Nouvelles

Une invitation à plonger! - Mgr Morissette en parle

Publié le : 2016-10-31 a 14h00 | Catégorie : Mgr en parle

J’ai commencé, depuis quelque temps, à fouiller le texte de l’Exhortation Apostolique « Amoris Laetitia » sur l’amour dans la famille.  C’est un texte long et dense.  Aussi, m’est-il apparu sage de suivre le conseil du Pape François lui-même. :  « … Cette Exhortation aborde, de différentes manières, des thèmes nombreux et variés.  Cela explique son inévitable longueur.  C’est pourquoi, je ne recommande pas une lecture générale hâtive.  Elle sera plus bénéfique, tant pour les familles que pour les agents de pastorale familiale, s’ils l’approfondissent avec patience, morceau par morceau, ou s’ils cherchent en elle ce dont ils peuvent avoir besoin dans chaque circonstance concrète. » (No 7).  Par curiosité personnelle, j’ai donc plongé dans le chapitre 8 intitulé :  Accompagner, discerner et intégrer la fragilité (No 291 à No 312)

Ce chapitre présente des indications utiles non seulement pour la pastorale familiale, mais pour tout type de pastorale.  Il répond à une question difficile que je formule ainsi :  «Comment, en pastorale, prendre en compte toutes ces situations qui ne répondent pas à l’idéal de l’enseignement de l’Église et plus particulièrement dans ce texte, à «l’idéal complet du mariage, le projet de Dieu dans toute sa grandeur» (No 307)?»  Sur le terrain, les réponses à cette question sont diverses.  Certains se réfugient dans la loi, dans les normes, au risque d’avoir des attitudes très rigides; d’autres font comme si le problème n’existait pas, mieux vaut ne pas en parler; d’autres encore oublient l’idéal proposé par l’Église et acceptent tout, souvent de peur de déplaire aux personnes.

L’Exhortation propose une autre voie, celle de l’accompagnement du discernement et de l’intégration.  Dans la vie familiale, les situations de fragilités varient énormément; tous les cas ne sont pas semblables, il faut toujours s’en souvenir.  Le pasteur ou l’agent-e de pastorale doit donc essayer de bien comprendre la situation de ceux et celles qu’il rencontre.  L’accompagnement dont parle le Pape François consiste à discerner les signes d’amour présents dans la vie des personnes en révélant qu’ils reflètent l’amour de Dieu.  L’objectif est d’aider les personnes à croître, à cheminer vers «l’idéal» que présente l’enseignement de l’Église.

Voici quelques extraits de l’Exhortation qui vont dans ce sens :

  1. «Bien qu’elle propose toujours la perfection et invite à une réponse plus pleine à Dieu,
    l’Église doit accompagner d’une manière attentionnée ses fils les plus fragiles,
    marqués par un amour blessé et égaré…» (No 291).
  2. «Les Pères synodaux ont affirmé que l’Église ne cesse de valoriser les éléments constructifs
    dans ces situations qui ne correspondent pas encore
    ou qui ne correspondent plus à son enseignement sur le mariage.» (No 292).
  3. «En effet, non seulement la promotion du mariage chrétien revient aux Pasteurs,
    mais aussi le discernement pastoral des situations de beaucoup de gens
    qui ne vivent plus dans cette situation pour entrer en dialogue pastoral
    avec ces personnes afin de mettre en évidence les éléments de leur vie
    qui peuvent conduire à une plus grande ouverture à l’Évangile du mariage dans sa plénitude.»  (No 293).
  4. «Il s’agit d’un itinéraire d’accompagnement et de discernement
    qui oriente ces fidèles à la prise de conscience de leur situation devant Dieu…
    ce discernement ne pourra jamais s’exonérer des exigences de vérité et de charité
    de l’Évangile proposées par l’Église.»  (No 300).
  5. «Le discernement doit aider à trouver les chemins possibles
    de réponse à Dieu et de croissance au milieu des limitations.»  (No 305)

Le Pape invite donc les responsables de pastorale à tenir les deux bouts de la chaîne :  le bout de la vérité qui consiste à ne pas renoncer à l’idéal du mariage chrétien et le bout de la miséricorde qui cherche la croissance des personnes au cœur des fragilités et des limites.  Dans l’un des extraits cités, François utilise le terme «dialogue pastoral»; c’est une réalité sur laquelle nous avons beaucoup travaillé dans le diocèse de Saint-Jérôme.  C’est l’outil qui permet de tenir en même temps les deux bouts de la chaîne.  Comme disait le Pape Benoît XVI, il n’y a pas de recettes simples dans ce domaine; il faut accepter de marcher patiemment avec les personnes et à leur rythme.

La lecture de ce chapitre de l’Exhortation me donne le goût d’en «déguster» un autre morceau.  J’espère que la lecture de ce court texte donnera à d’autres le désir de plonger à leur tour.  La lecture lente de cette exhortation m’apparaît comme un temps de formation permanente qui peut nous aider à affronter les problèmes de plus en plus complexes que nous rencontrons en pastorale.

Bonne lecture.

 

 † Pierre Morissette
Évêque de Saint-Jérôme