Monseigneur Gilles Cazabon, O.M.I., évêque émérite

Quatrième évêque de Saint-Jérôme

Biographie

Mgr Gilles Cazabon est né le 5 avril 1933, à Verner (Ontario). Franco-ontarien par sa naissance, mais québécois par ses racines du côté paternel et maternel, Mgr Gilles Cazabon est le fils de Flore Legendre et Andy Cazabon, 14e enfant d'une famille de quinze.

Après ses études secondaires et collégiales à Ottawa, Mgr Cazabon entre chez les Oblats de Marie-Immaculée où il fit profession religieuse le 15 août 1954. Il est ordonné prêtre le 11 juin 1960, à Verner, par Mgr Alexander Carter, évêque à ce moment-là du diocèse de Sault-Sainte-Marie.

Mgr Cazabon détient une licence en philosophie et en théologie de l'Université d'Ottawa. Il est aussi titulaire d'un doctorat en philosophie de l'Université de Louvain, en Belgique.

De 1967 à 1973, il est professeur et doyen de la Faculté de philosophie de l'Université d'Ottawa, membre du sénat de cette université et de l'Université Saint-Paul et président de l'Association canadienne de philosophie. Durant la même période, il est engagé également dans la formation des membres de sa famille religieuse.

De 1973 à 1979, il est supérieur de la Province Saint-Joseph de Montréal des Oblats de Marie-Immaculée. En 1980, il devient commissaire du Chapitre général des Oblats. À ce titre, il est en charge de la préparation de l'assemblée capitulaire. Au sein des organismes religieux du Canada, Mgr Cazabon a été, notamment, président du Conseil d'administration de la Conférence religieuse canadienne, région du Québec, président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec.

Mgr Gilles Cazabon a été nommé par le pape Jean-Paul II évêque de Timmins en Ontario, le 13 mars 1992.  Puis, cinq ans plus tard, le 27 décembre 1997, Mgr Cazabon a été nommé évêque du diocèse de Saint-Jérôme au Québec.

Il a pris sa retraite en 2008 à l’âge de 75 ans, comme le veut le droit canon, et continue de faire du ministère dans la région d’Ottawa.

Sa devise : « Notre espérance est dans le Dieu vivant »  (1Tim. 4,10)